Compagnie Le Talon Rouge, 5 rue Charles Grad, 67000 Strasbourg

MARTIN CRIMP

AUTEUR

Martin Crimp est né en 1956 dans le Kent. Il commence à s’intéresser au théâtre pendant ses études à Cambridge et écrit Clang, une pièce sur la manière dont les désordres psychologiques influent sur le langage. Pendant les premières années qui suivent l’obtention de son diplôme, il se consacre à une carrière d’écrivain peu couronnée de succès (il écrit deux romans qui ne trouvent pas d’éditeur) et pour réussir à vivre accumule les petits boulots que l’on retrouvera ensuite au fil de ses pièces (sondages marketing dans la rue, travailleur en usine…). Il est également musicien professionnel (piano, clavecin) ce qui influence considérablement sa vision du texte comme d’une partition où les pauses et les rythmes doivent être scrupuleusement respectés.

Ses premières pièces sont produites et montées par l’Orange Tree Theatre à Richmond, dans la banlieue londonienne où il habite, et comportent : Living Remains (1982), Four Attempted Acts (1984), Probablement les Bahamas (1987), Claire en affaires (1998), Play With Repeats (1989).

Bien que se présentant sous des formes différentes, très influencées par Beckett pour les premières puis davantage par Pinter ou Caryl Churchill, ses pièces traitent des thèmes récurrents parmi lesquels les rapports conjugaux, l’ambivalence du statut de bourreau ou de victime, et l’exploitation de l’être humain par ses pairs ou par son époque dominée par la technique, occupent une large place. Pourtant Crimp n’est pas, comme ont pu le croire au départ les critiques, un adepte du réalisme trash britannique (Kitchen sink drama), ni de l’ultra violence poético-politique de l’In-Yer-Face Theatre. Il constitue un auteur à part sur la scène anglaise, au sens où ses intérêts et ses références sont ce que ses compatriotes appelleraient « continentaux » ou « européens ».

Il avoue une passion pour Marguerite Duras, traduit Koltès, Molière, Genet, Ionesco. Depuis Cambridge, il lit le latin et le grec, ce qui veut dire qu’il dévore les tragédies antiques. De ces lectures, naîtra Tendre et Cruel, sa réécriture des Trachiniennes de Sophocle, et plus récemment Le reste vous sera familier à travers le cinéma d’après Les Phéniciennes d’Euripide.

Dans les années 1990, ses pièces commencent à être connues au-delà des frontières britanniques. En 1991, il effectue une résidence à New York durant laquelle il écrit Le Traitement, qui est clairement un hommage à l’esthétique du cinéma américain en même temps qu’une violente critique de la manière dont celui-ci utilise les gens et falsifie leurs histoires personnelles.

Il devient par la suite artiste associé au Royal Court, à Londres, et écrit notamment Personne ne voit la vidéo (1990), Getting Attention (1991), Atteintes à sa vie (1997), La Campagne (2000), Face au mur (2002), Tendre et Cruel (2004), Dans la République du bonheur (2012) ou encore Play House. Il a également collaboré avec le compositeur George Benjamin en écrivant le texte de deux opéras: Into the Little Hill (2006) et Written on Skin (2012).