Accueil du site / Les spectacles / Mad about the Boy, d’après le roman d’Emmanuel Adely, Ed. Gallimard / Spectacle / Argument

 

Mad about the boy fait entendre l’amour dans un flux de pensées continu dites à voix haute et d’une seule traite. Un soliloque conjugué à la première personne du féminin – masculin, qui résonne comme un chant d’amour ou comme un long poème lyrique fait de petits accidents ordinaires jamais dénués d’humour, de petites choses profondes qui saisissent au fur et à mesure de la lecture. La quête obsessionnelle de l’autre... au point de le recréer, faute de l’avoir près de soi... c’est tout ce qui compte. Le désir, conjugué à tous les modes, émerge de ce torrent de mots, au point d’être ressenti comme un affront, dans une société où la notion de désir est fortement en péril.

Devant nous, un personnage en état de crise parle d’amour, à la limite du vertige. Si le langage est simple et intimiste, à portée de tous, l’absence de ponctuation le rend puissant. L’auteur nous embarque dans un univers très personnel, loin d’une esthétique conformiste et rassurante. En tant que comédienne, j’ai eu envie de me faire l’instrument de cette parole, de la donner à entendre, d’être comme « utilisée » par elle. De cette forme, les directions de travail amènent au jour une grande liberté. Les lieux peuvent parler d’autre-part, le temps peut passer outre-temps, l’acte peut s’étirer de l’un à l’autre, le tout de l’infiniment petit à l’infiniment grand...

 

Emmanuel Adely n’a pas écrit pour le théâtre, pourtant, son texte s’impose immédiatement comme une oeuvre théâtrale. Le texte produit du visuel et de l’émotionnel et nous donne envie de le rendre concret. Mad about the boy est un instant de vie, à faire partager au public : un cri d’amour magnifique.