Accueil du site / Les spectacles / La Campagne de Martin Crimp - L’ARCHE Editeur / Distribution / Nancy Guyon, comédienne

 

Après des études aux Ateliers du Sapajou, à l’école de la Belle de Mai et à l’école du Cirque Annie Fratellini, Nancy Guyon est engagée par la Compagnie Jolie Môme pour jouer dans La mère de Bertolt Brecht. Elle rencontre ensuite la Compagnie Graines de Soleil et parcourt plusieurs pays d’Europe et d’Afrique avec Terrain vague une création chorégraphique, ainsi qu’avec L’avare d’après Molière joué sur tréteaux de commedia, mis en scène par Khalid Tamer.

 

Tout au long de son parcours professionnel, elle suit des stages réguliers axés sur la méthode de Sanford Meisner, le chant, le clown ou le travail à la caméra, avec Bernard Hiller, Boris Rabey, Clara Sermier, Cédric Paga, Charlotte Saliou, Bruno Nuytten.

 

Elle travaille avec d’autres compagnies, comme le Théâtre de Jade, spécialisée dans le théâtre-forum. Avec la Compagnie Turbine Théâtre, elle joue Kate dans La femme comme champ de bataille de M. Visniec. Avec la compagnie Soleil sous la pluie, dans Tango et chocolat , spectacle destiné aux personnes âgées et Décalcomanies , au jeune public. Avec la compagnie Les petits chantiers, elle joue dans un entresort appelé La cabane des monstres pour des festivals de théâtre de rue. En rue également, elle donne à entendre la parole des habitants de la ville d’Eaubonne, grâce au Théâtre-Miroir créé par la Compagnie Théâtre du Voyage intérieur.

 

A Strasbourg, elle travaille avec Catherine Javaloyès pour une visite déambulatoire et textuelle parmi les œuvres de Xenia Hausner, puis celles d’Anthony Caro au Musée Würth. Avec la compagnie Plume d’Eléphant, elle participe à une lecture des Actuelles 2014, pour le texte de Clémence Weill Pierre, ciseaux, papier mis en lecture par Laurent Bénichou.

 

Elle enseigne le théâtre à des adolescents et adultes amateurs depuis plusieurs années. En Alsace, notamment à la Maison des Arts de Lingolsheim, au Tambourin, lors de Faites du Théâtre, au Lycée Camille Sée à Colmar, ainsi qu’à la Faculté des Arts de Strasbourg.