Accueil du site / Chronique du Talon Rouge / Création 2012 : Grammaire des mammifères de William Pellier (Ed. Espaces 34)

 

La Grammaire des mammifères de William Pellier (Ed. Espaces 34) se présente comme un réservoir de phrases à distribuer, à partager, sans ordre préétabli, entre un nombre indéterminé de protagonistes. Cette Grammaire collecte des fragments d’histoires, des phrases lancées, qui se croisent, s’enchevêtrent, se complètent et passent par le corps humain pour aller vers notre corps social. Des situations les plus graves et les plus loufoques nous plongent dans la vie, avec son inventaire de règles reconnaissables, haïssables, sérieuses, terrifiantes et parfois si absurdes. Le spectateur va assister à une sorte de grand séminaire ludique qui observerait l’humain dans ses préoccupations quotidiennes et métaphysiques.

 

L’aspect à la fois expérimental et extrêmement ludique de ce texte m’a séduite d’emblée. De situations loufoques en dénouements inattendus, on rit, d’un rire libérateur, tant la frontière entre le réel et son reflet s’amenuise jusqu’à presque disparaître.

 

L’auteur nous prévient : « La Grammaire devrait servir à cela : montrer des aspects de la vie de gens à d’autres gens. Elle devrait montrer de la vie. (…) Le mot grammaire rappelle qu’il s’agit d’une opération de mise à plat d’un système. Il évoque le démontage, la désarticulation d’un phénomène pour en détailler les ressorts : fonction du comédien et du public, ressources du langage, examen de l’illusion et de la fiction. »

 

La question de la représentation de soi, de l’autre, dans nos sphères intimes et sociales, et peu à peu de la représentation théâtrale est le centre de gravité d’un univers mouvant où le statut du comédien et du public est joyeusement remis en question.

 

Parce qu’il interroge les codes de la représentation théâtrale, le choix du texte de William Pellier s’inscrit tout naturellement dans le parcours de recherche du Talon Rouge. En passant allègrement de la tragédie à la comédie, avec cette pointe d’humanisme souterraine que recherche toujours la Compagnie, la Grammaire se révèle être un étonnant outil de théâtre pour les mammifères humains qui s’y confrontent.

 

Catherine Javaloyès, metteur en scène

 

Lire la suite