Accueil du site / Chronique du Talon Rouge / Esquisses

 

Présupposés

 

Que fait un danseur quand il ne danse pas ? Entre deux cours, il enchaîne les auditions … Que fait une comédienne quand elle ne joue pas ? Elle court les castings … Que font un metteur en scène et une chorégraphe quand ils ne répètent pas ? Ils font des dossiers …

 

Même si cette vision du métier d’artiste peut paraître simple, elle n’en est pas moins le reflet d’une réalité. Trop souvent accaparés par des démarches administratives transformant une création en une entreprise, les artistes du spectacle vivant passent beaucoup (trop) de temps hors de leur espace de travail : la scène.

Tout comme le peintre a besoin d’exercer son œil, son imaginaire, son trait dans ses carnets de croquis, il leur est essentiel de pouvoir essayer un texte, une idée, une piste de recherche.

Prendre ce temps en dehors de toutes les pressions liées à la création d’un spectacle, c’est :

• aller au bout d’une idée, d’un désir de théâtre,

• explorer autrement un texte, rencontrer des comédiens, questionner son approche du théâtre,

• pouvoir inviter le public à porter un autre regard sur notre travail et le rendre partenaire de notre recherche,

• engager un autre dialogue avec les professionnels pour les associer plus étroitement à notre démarche en marge des rapports marchands des montages de production,

• esquisser des projets qui nourriront nos créations et seront peut-être le point de départ de nouvelles aventures artistiques.

 

La compagnie Le Talon Rouge s’est associée à trois autres compagnies indépendantes (Plume d’Éléphant, Les compagnons de Daoloth et Les Filles d’Aplomb) pour mettre en place un espace d’essai et proposer au public un rendez-vous festif le 24 juin 2011, au Hall des chars, à Strasbourg.

 

Un thème commun : dérives

 

Au cours des différentes discussions précédant la mise en place d’Esquisses est né le désir de se fédérer autour du sens des différents projets. Très vite est apparue l’idée que chacun souhaitait traiter à sa manière la question des dérives de nos sociétés. Ainsi, chacun a apporté un regard sur la fragilité, la complexité, les contradictions de l’humain… et ses dérives possibles. Selon les projets, la dérive s’est située dans le rapport de l’homme aux médias, à l’amour, à l’écologie…

 

Une équipe artistique et des projets

 

Lieu d’essai, Esquisses a été un espace de rencontres professionnelles permettant à des artistes de tenter de nouvelles collaborations. Une occasion aussi de voir des artistes dans des propositions différentes.

 

Les Appalaches de Sabine Tamisier

Mise en scène : Catherine Javaloyès

Avec : Laurent Bénichou, Marie Dufaud et Catherine Javaloyès

 

Crises de mer de Christophe Tostain

Mise en scène et adaptation : Laurent Bénichou

Avec : Catherine Javaloyès et Philippe Cousin

 

Contre la télévision d’après le texte de P. Pasolini

mise en scène et adaptation : Pierre-Étienne Vilbert

Vidéo : Robin Pfrimmer

 

T’es pas dans ton assiette - impro danse à partir d’un micro trottoir

Chorégraphie Kristine Groutsch

Musique : Joris Staad Groutsch

Avec : Beatriz Beaucaire et Kristine Groutsch

 

Règles du jeu

 

• un temps de répétition réduit ( une semaine environ) pour travailler sur un projet de son choix,

• des temps de rencontre et d’échange entre les équipes artistiques à différentes étapes du travail,

• une présentation d’une durée maximale de 22 minutes et 22 secondes (durée de rigueur),

• des moyens techniques limités et mutualisés.

 

Une première édition ?

 

Esquisse entend être un outil pour la création contemporaine qui nous accompagne à différents moments de notre démarche. En fonction des nécessités de chacun, nous imaginons que d’autres rendez-vous puissent être organisés sur une thématique, un auteur … auxquels d’autres compagnies, comédiens ou metteurs en scène pourraient être invités. Parce qu’une telle démarche a aussi sa place dans tous les lieux de création et de diffusion, nous pourrions alors solliciter d’autres structures de la région ou d’ailleurs. Cette première édition a permis de poser les bases et d’éprouver la pertinence de cette manifestation très chaleureusement accueillie par le public.

 

Photos : Pierre-Etienne Vilbert