Accueil du site / La compagnie / Historique du nom

 

Dictionnaire de la langue du théâtre : Agnès Pierron (Le Robert 2002)

 

Talon rouge : Au XVIII ème siècle, c’est l’emploi des petits marquis, parce qu’ils portaient des souliers à talons de bois peints en rouge, marque de la noblesse.

 

D’où leur venait ce nom ? La petite histoire raconte que le roi Louis XV, revenant de goguette, serait passé par le quartier des abattoirs et, marchant dans une flaque de sang aurait souillé les talons de ses souliers. Les courtisans à son retour au château, voyant ces talons étranges, n’eurent qu’une hâte : revenir auprès du roi avec des chaussures dont les talons auraient été passés au rouge.

 

Le théâtre se serait emparé de cet accessoire, particulièrement adapté à son besoin de fantaisie et d’exagération ; cet accessoire fut lui-même à l’origine d’un emploi, dont le nom entra dans le langage courant au siècle suivant. Victor Hugo, a dit un critique, « mettait des talons rouges à chacun de ses mots », voulant dire par là que dans ses fonctions d’auteur dramatique et de metteur en scène il ne se laissait pas aller à la nervosité et à la violence verbale trop souvent de mise dans les moments de création.

 

À un niveau de langue sophistiqué, le mot s’emploie comme un adjectif : " Je suis très talon rouge "